AMI-SPORTIF

Edito : Yaya Touré, ou comment Pep Guardiola pousse une légende vers la sortie avec les honneurs !

 News

Edito : Yaya Touré, ou comment Pep Guardiola pousse une légende vers la sortie avec les honneurs !

Edito : Yaya Touré, ou comment Pep Guardiola pousse une légende vers la sortie avec les honneurs !
mai 14
11:33 2018

Une accolade énamourée avec son entraîneur, un public qui scande son nom qui finit par résonner dans l’air comme le chant que l’on adresse à l’honneur du héros d’hier, des messages d’adieu et d’affection pleins les tribunes, un match de championnat aux airs de rencontre de gala, voici en gros le décor qui aura sanctionné la dernière du ‘’pachydermique’’ Yaya Touré du côté de l’Etihad Stadium le mercredi 9 mai dernier.

Car si Manchester City s’est approprié les records, sur une saison de Premier League, de points (100), de victoires (32), et de buts inscrits (106) – anciennement détenus par Chelsea (95 points), (30 victoires), (103 buts) -, lors de sa victoire (3-1) à domicile face à une équipe de Brighton déjà sauvée et qui avait certainement déjà la tête à la saison prochaine, tous les projecteurs étaient braqués sur Gnégnéri. Une situation qui bottait en touche l’idée que l’homme honorait sa première titularisation en championnat cette saison.

Une légende en or

Et pour marquer l’événement, rien ou presque n’avait semblé avoir été laissé au hasard par le club détenu par l’Emirien Sheikh Mansour. Sur l’écran géant du stade – comme on pouvait le voir aussi sur tous les petits écrans au quatre coins du monde -, dans le Onze de départ, le mot Legend, inscrit en lettres dorées, se lisait sous l’image de l’ancien capitaine des Eléphants. Et comme pour l’aider à quitter l’Etihad par la grande porte, Pep Guardiola a choisi de faire de lui son capitaine pour au moins 86 minutes. Un beau geste de la part de l’entraîneur catalan à l’endroit de l’Ivoirien, diront certains. Mais à y regarder de près, l’entraîneur des Citizens aura semblé arrondir les bords d’une relation conflictuelle avec son joueur au moment de lui dire au revoir, pour une seconde fois.

Je t’aime moi non plus

Car pour Yaya Touré ce qui était une carrière florissante avec City, va prendre les airs de cauchemar lorsque que Guardiola pose ses valises à Manchester. La Presse, s’appuyant alors sur une fin de collaboration tumultueuse entre les deux hommes à Barcelone, annonce le départ du joueur formé à l’Asec d’Abidjan. Et comme prévu, peu aidé par les sorties médiatiques hasardeuses du sulfureux Seluk, l’agent de Touré, entre Pep et Yaya s’installe une nouvelle relation difficile. Une sorte de désamour pèse dans l’air et seul le milieu de terrain semble ne pas s’en apercevoir.

Par amour pour le club, ou encore plus pour les fans, il reste à Manchester. L’homme prolongera même d’une saison, au risque de subir un traitement frisant par moment l’humiliation. Avec Guardiola désormais aux commandes, Touré passe du statut de joueur incontournable, cadre du vestiaire citizen, à celui de joueur quelconque. Un joueur en plus. Celui qui apparaît sous les lumières blafardes des projecteurs pour les matchs de coupe domestique ou pour les matchs moins importants.

True Legend

Mais professionnel, Yaya Touré sera resté jusqu’au bout. Sans jamais se plaindre, il a accepté de vivre une situation que peu de joueurs de son calibre aurait accepté. Et quand on voit à quel point il aura marqué l’histoire de City, en lui offrant deux titres de champion d’Angleterre sous les ordres de Mancini (2011-12) et de Pellegrini (2013-14) – dont un 3e en surfant sur le rôle ambigu que lui confère Guardiola (2017-18) – on comprend mieux pourquoi. L’important, pour lui, était certainement ailleurs. Dans l’amour et le respect que lui voue la partie Sky Blue (Bleue ciel) de la ville de Manchester.

Et même si, sur ses deux premières saisons à la tête des Citizens, Guardiola a semblé rabaisser l’Ivoirien, comme s’il aurait voulu ternir les six premières saisons du futur ancien citizen, l’histoire du club parlera à jamais en sa faveur. Car avec 230 matchs dans les jambes, 59 buts inscrits et 32 passes décisives, peu pourrait s’opposer à l’héritage que Yaya Touré devrait laisser derrière lui à la fin de cette saison. Celui d’une vraie légende. « A True Legend », comme on dirait là-bas du côté de l’Angleterre.

 

Edouard POKOU

Laissez un commentaire

Rechercher

Parole de sportif

" Que vous soyez musulman, chrétien ou juif n'a pas d'importance. Si vous croyez en Dieu, vous devriez penser que chaque être humain fait partie d'une seule et même famille ."
Mohamed Ali .


Côte d’Ivoire LIGUE 1 (2018 – 2019)



  • # Équipe J DIFF PTS
    1 ASEC 13 +21 34
    2 BOUAKE 14 +4 24
    3 GAGNOA 14 +9 22
    4 AFAD 13 +2 22
    5 BASSAM 14 -2 20
    6 WAC 13 +4 19
    7 SAN PEDRO 13 +1 19
    8 AFRICA 13 +4 18
    9 MOOSSOU 13 -2 16
    10 ASI 14 -4 16
    11 STADE 13 -6 15
    12 SEWE 13 -6 10
    13 TANDA 13 -8 7
    14 SOA 13 -15 6

    Ligue1 : 2e journée



  • BOUAKE 1-0 STADE
    SEWE 0-1 BASSAM
    ASI 0-0 GAGNOA
    AFRICA - SAN PEDRO
    MOOSSOU - WAC
    TANDA - SOA
    ASEC - AFAD

    Ligue1 : 3e journée



  •   -  
    -
    -
    -
    -
    -
    -

Newsletter

FreeCurrencyRates.com

Retrouvez-nous sur facebook