AMI-SPORTIF

CAN 2017 : Le nouveau miracle de la FIF !

 News

CAN 2017 : Le nouveau miracle de la FIF !

CAN 2017 : Le nouveau miracle de la FIF !
janvier 09
08:00 2017

Nous sommes encore éblouis par une sorte de miracle qui s’est produit au sein de la Fédération ivoirienne de football (FIF) depuis Mercredi 04 janvier dernier. Ce jour-là, le sélectionneur des Eléphants Michel Dussuyer dévoilant la liste définitive de ses 23 joueurs devant participer à la CAN 2017, décide de se séparer du jeune attaquant Nicolas Pépé (21 ans) qui, de toute évidence, est incompatible à son schéma tactique.

Mais au moment où les médias locaux et étrangers répandent la nouvelle comme une trainée de poudre, un cataclysme surgit depuis Abou Dhabi, le lieu de préparation des Eléphants. Dussuyer apporte des modifications à son effectif et le résultat est surprenant. Pépé est finalement retenu et c’est Ousmane Viera Diarassouba, le défenseur de 30 ans, qui est éjecté du groupe.

La vraie version des faits

Ce soudain revirement de situation assombrit aussitôt la toile et donne libre court à toutes sortes de discussions. Qu’a-t-il pu bien se passer ? Qu’est ce qui a motivé ce changement ? Les points d’interrogation fusent de partout.

En fait, le président de la FIF Sidy Diallo pour des raisons qu’on ignore encore, aurait intimé l’ordre à son assesseur de maintenir Nicolas Pépé parmi les 23 joueurs. Nos informations stipulent que l’ex-sélectionneur de la Guinée refusant d’obéir à son employeur, aurait été menacé de limogeage s’il s’obstinait à camper sur sa décision.

« C’est moi le patron. C’est moi qui te paye donc fais ce que je te dis sinon je te renvoie », ce coup de gueule, Sidy l’aurait jeté à la figure de Dussuyer qui, par contrainte, se serait plié aux exigences de son supérieur. Si certaines langues reprochent à l’ancien gardien de but son manque de caractère d’autres, en revanche, accusent la FIF d’actions douteuses.

Quoiqu’il en soit, l’instance suprême du football ivoirien n’a pas bonne presse sous nos cieux. Elle est parfois impliquée dans des affaires controversées qui laisse tout le monde dubitatif. Hormis le scandale des primes détournées au lendemain du sacre continental des Eléphants en 2015 dans laquelle Sidy Diallo et Alain Lobognon (ministre des Sports à l’époque), s’accusaient mutuellement, d’autres cas attirent l’attention.

Du déjà vu !

Après la CAN 2012 durant laquelle la Côte d’Ivoire termine finaliste, Laurent Zahoui est déchu de son poste de sélectionneur, dans d’étranges circonstances. Il est remplacé par le Franco-Tunisien Sabri Lamouchi qui recevait fraichement son diplôme d’entraîneur.

Au l’issue de la Coupe du monde 2014 disputée au Brésil et remportée par l’Allemagne, le légendaire capitaine des Eléphants Didier Drogba décide de rendre son brassard ainsi que son tablier. Interrogé, l’attaquant dénonçait ainsi un manque de respect de certains dirigeants de la FIF à son égard.

« Je ne voulais pas prendre une décision par rapport à quelqu’un qui n’avait aucune influence sur ce qui s’est passé auparavant en sélection nationale. C’est juste que les personnes qui étaient à la tête de cette sélection nationale là, je ne me reconnaissais plus en elles. Je ne voulais plus porter ce maillot avec ces personnes-là à la tête de l’équipe nationale », s’est formellement justifié l’attaquant ivoirien.

Un cas similaire s’est produit plus tard, en la personne de Yaya Touré, successeur de Drogba au capitanat. Vainqueur de la CAN 2015, le milieu de Manchester City n’a plus connu d’apparitions en sélection, malgré les multiples convocations de l’actuel coach Michel Dussuyer. Le technicien français, inquiet de la situation a même entrepris des démarches pour raisonner l’ancien joueur du FC Barcelone. En vain. Gnegneri a définitivement annoncé sa retraite internationale à quelques mois de la CAN 2017, à la grande déception du public ivoirien.

« C’est vrai que je vais regarder la compétition (CAN 2017) avec un œil et avec un peu de regrets aussi, parce que je me sentais apte. Mais certaines choses ont fait que je me suis retiré », a récemment expliqué le joueur de 33 ans.

De plus, le prédécesseur de Dussuyer, Hervé Renard, claque la porte en février 2015 juste après avoir offert aux Ivoiriens le trophée continental et son corrolaire d’exultations, qu’ils attendaient depuis 23 ans. S’il semblait avoir été déçu par cette fameuse affaire des primes impayées, le problème s’avérerait être plus profond. En effet réputé pour son caractère de carapace, Renard se serait à maintes reprises opposé aux caprices de son employeur. Des querelles auraient donc surgi, l’emmenant à présenter sa démission.

Cette nouvelle affaire impliquant Sidy Diallo et Michel Dussuyer vient entacher davantage la crédibilité d’une FIF déjà bien trempée dans la boue. Notre article n’est pas destiné à tirer à boulets rouge sur la faîtière du ballon rond ivoirien. Pas du tout. Nous estimons plutôt que les citoyens ont le droit d’être éclairés sur la gestion politique de cette fédération qui, rappelons le, n’est pas une organisation familiale mais bien une institution étatique.

 

Edito par la rédaction

Laissez un commentaire

Rechercher

Parole de sportif

" Le succès ne s'imite pas, il se crée."
Luis Fernandez.


Côte d’Ivoire LIGUE 1 (2018 – 2019)



  • # Équipe J DIFF PTS
    1 SOA 13 +9 28
    2 SAN PEDRO 13 +8 24
    3 ASEC 13 +6 22
    4 RACING 13 +5 22
    5 GAGNOA 13 0 19
    6 AFAD 13 +2 18
    7 ASI 13 +1 18
    8 BOUAKE 13 0 18
    9 TANDA 13 -1 17
    10 BASSAM 13 -3 17
    11 LYS 13 -1 14
    12 AFRICA 13 -7 14
    13 AFRICA 13 -6 8
    14 WAC 13 -13 7

    Ligue 1 : 13e journée



  • BOUAKE 1-2 ASEC
    SAN PEDRO 2-0 GAGNOA
    WAC 0-1 AFRICA
    AFAD 2-1 TANDA
    ASI 1-1 BASSAM
    LYS 1-0 MOOSSOU
    RACING 1-3 SOA

    Ligue1 : 14e journée



  •   -  
    -
    -
    -
    -
    -
    -

Newsletter

FreeCurrencyRates.com

Retrouvez-nous sur facebook